Quelle puissance pour mon bateau ?

La réponse est complexe car elle dépend de nombreux éléments.

Si nous regardons nos véhicules terrestres, une Ferrari aura la puissance moteur équivalente à un gros tracto-pelle hydraulique.

Si nous regardons ailleurs, vers les bateaux de travail, il n’est pas rare de voir des petits cargos transatlantiques de l’après guerre se contentant d’une puissance d’environ 1.000 cv.

Quant à eux, les liberty Ships, n’avaient que 2.500 cv disponibles pour des bateaux de plus de 130 m qui transportaient 10.000 tonnes de matériel à 11 nœuds, coque propre et mer calme.

En motonautisme, une F1 développe 350 cv pour un poids de 550 kg.

Ceci dit pour rappel:

1°/ il faut peu de puissance pour propulser un bateau à sa vitesse de carène et un trawler ou un chalutier se contentera parfaitement d’un monomoteur de 150 cv à ligne d’arbre pour flirter vers les 11 nœuds, selon sa taille évidemment. 

C’est la taille du bateau qui déterminera la vitesse avec un groupe propulseur qui pourra rester modeste.

2°/ il faut une carène spécialement étudiée et beaucoup de puissance pour dépasser la vitesse de carène. 

Ainsi, un Torpedo Boat de 21 m de 47 T demandait une puissance, répartie sur 3 moteurs, de 4.100 ch pour 40 nœuds.

Dans la plaisance moderne, les coques des navires sont spécialement étudiées pour répondre au goût d’une clientèle qui considère la vitesse pure comme un élément de sécurité, ce qui n’est pas tout à fait exact.

Dans ce cas, vous aurez toujours un ensemble de paramètre complexe à gérer entre la forme de carène, le poids du bateau, la vitesse souhaitée. 

A cela s’ajoute l’influence de l’hélice et du rapport des inverseurs. L’hélice et l’inverseur influent sur le couple et la vitesse, comme un 4 X 4 et une routière qui n’ont ni la même boîte ni les même pneumatiques. Le couple, c’est la puissance qui permet de lutter contre les vagues et le vent.

Quel est le bateau le plus sûr et le plus marin ?

Là encore, tout est dans la sagesse du bon compromis.

Un bateau rapide permet de rentrer vite au port.

Une tempête soudaine ? le bon vieux trawler avec une solide coque à déplacement taillera sa route en étalant la mer, alors que la superbe vedette très planante se fera une grosse peur.

Il y a quelques années, au large de Marseille, par mer formée, une superbe vedette m’a engagée dans une petite course spontanée comme souvent en mer ou bien en moto au feu rouge.

La mer se creusant, j’avais réduit en dessous de 10 nœuds sans soucis. La vedette m’a dépassé en faisant des sauts de thon en chasse. Au bout de 20 minutes, probablement fatigué, le propriétaire a réduit l’allure pour terminer loin derrière. Sa forme de carène ne lui permettait pas de rouler confortablement dans la plume.

Pour nous aider à mieux faire, Participez en donnant votre avis sur cette page !
Total 0 Votes
0

Faites nous part de votre opinion sur ce sujet

+ = Verify Human or Spambot ?

2017-10-14T13:15:52+00:00
Translate »