© Manfredi Manera

Si Madame Hidalgo et Monsieur Hulot ont un bateau, ils navigueront au diesel.

En effet, tout d’abord le moteur diesel a un meilleur rendement qu’un moteur à essence (35 % pour le diesel et seulement 25 % pour l’essence) et donc économise environ 30 % d’énergie fossile en moins. 

Par ailleurs, la combustion étant plus complète en raison de son taux élevé de compression, il dégage mois de gaz carbonique responsable de l’effet de serre.

Par contre, il est beaucoup plus polluant en matières particulaires et en oxydes d’azote, ces dernières sous le nom de “pluies acides” sont néfastes pour la végétation et le monde animal dont les humains font partie.

La pollution, à la différence du nuage de Tchernobyl, fait peu de différence entre les poumons d’un babouin et ceux de son lointain cousin, fusse ce dernier diplômé de l’Enarchie. (Que le monde est injuste quand pauvres et riches sont logés à la même enseigne! )

Les matières grasses particulaires peuvent être particulièrement nocives et désagréables pour les passagers.

Dans nos petits bateaux on peut être incommodé par les “gaz d’échappement” et il convient de s’en protéger.

Que dire de ces hôtels flottants où des passagers aisés respirent à plein poumons les fumées toxiques de leurs cheminées tout en admirant au plus près les paysages qu’ils traversent en leur envoyant leurs déjections immondes. L’élégante partie de badminton en arrière des cheminées doit être, au pif, équivalente à un footing sur le périphérique aux heures de pointe.

Si on décidait de créer une centrale à charbon à Venise, le monde entier se mobiliserait contre ce projet loufoque, mais il ne vient à l’idée de personne d’interdire aux géants des mers que nous fabriquons dans nos chantiers navals de lancer des pets pestilentiels et mortels sur cette ville. Ainsi, par un coquin retournement de l’histoire, ce n’est plus l’ouvrier des chantiers qui endossera le rôle du damné de la terre et qui offrira ses poumons à la science mais le gogo, consommateur de ti-punch glacé sous la cheminée de l’usine qu’il a choisi sur catalogue.

L’élasticité de la morale ne permet donc pas de condamner unilatéralement Monsieur Trump quand il ré-ouvre ses centrales à charbon.

Toutefois, en pleine mer, dans la mesure où ces particules ne rencontrent ni végétation, ni population, la pollution diesel est moins dommageable que l’essence.

Dans l’attente du moteur à élastique ou au retour des galères, faisons au moins pire!

 

 

 

Retourner sur la page des News

2017-10-31T10:32:06+00:00
Translate »