© Le Marin

 

La France est un pays de paysans qui vit au bord de la mer.

A regarder de près les statistiques des forces en présence, la France qui possède la deuxième surface maritime mondiale, du moins tant que celle-ci ne sera pas menacée, continue à ignorer, depuis Colbert, la puissance maritime commerciale.

La Grèce est en tête de la flotte mondiale avec une capacité de charge de 309 millions de tonnes de port en lourd (tpl), le Japon, la Chine, l’Allemagne et Singapour complétant les cinq premiers.

Ensemble, ces cinq pays ont une part de marché de 49,5% du PIB, selon un rapport de l’exécutif maritime. La flotte de fret grecque compte 4 199 navires. 

 

Un seul pays d’Amérique latine; Le Brésil figure parmi les 35 premiers pays propriétaires de navires; aucun n’est originaire d’Afrique.

En termes de nombre de navires, la Chine est le premier pays propriétaire de navires (5 206 navires de 1 000 tonnes et plus), y compris de nombreux navires plus petits déployés dans la navigation côtière.

En ce qui concerne la valeur commerciale estimée, la flotte américaine arrive en tête avec 96 milliards de dollars, suivie par le Japon, la Grèce, la Chine et la Norvège. La valeur moyenne par navire des propriétaires du Qatar est de 75 millions de dollars, ce qui reflète sa flotte de citernes de gaz naturel liquéfié et d’autres pétroliers spécialisés.

En comparaison, l’Indonésie, la Thaïlande et le Vietnam possèdent des flottes avec des valeurs unitaires faibles. Les flottes indonésiennes ont une valeur commerciale moyenne de 3,6 millions de dollars par navire.

Par ailleurs, selon un sondage de SeaIntel Maritime Analysis, la majorité des porte-conteneurs appartiennent à des paradis fiscaux.

Sur la base  établi selon le rapport «Tax Havens: évasion et évasion fiscales internationales» publié le 15 janvier 2015 par le service de recherche du Congrès des États-Unis,  le pourcentage de tonnage de conteneurs est passé de 12% en 1980 à 74% en 2017 – la majorité d’entre eux ayant été signalée au Libéria et au Panama.

Lars Jensen, PDG de SeaIntel, a déclaré: «Même sous un jour plus positif, la conclusion doit être que durant la période 1980-2010, l’enregistrement du tonnage des navires porte-conteneurs favorisait systématiquement le passage vers des pays souvent considérés comme des paradis fiscaux.

Chacun jugera et pèsera ces informations et les mettra en miroir de notre politique sociale et fiscale.

Il n’est pas question de morale économique mais de comprendre que l’excès de rectitude idéologique, voire sectaire, visant à prélever l’impôt au delà des capacités du monde économique à s’en acquitter, conduit tout simplement à notre appauvrissement.  

La France serait bien inspiré à mettre la pédale douce sur ces rodomontades qui veut, du moins dans le domaine maritime, jouer le rôle de l’élève le plus vertueux de l’Europe et se présenter comme l’autorité christique de la morale fiscale mondiale.

 

 

Pour nous aider à mieux faire, Participez en donnant votre avis sur cette page !
Total 0 Votes
0

Faites nous part de votre opinion sur ce sujet

+ = Verify Human or Spambot ?

2017-11-09T01:38:19+00:00
Translate »