Marseille – Le Frioul 2017-06-12T09:23:13+00:00

Marseille - Île du Frioul

Le Bon Dieu, qui contrairement aux Rois de France, voulait être gentil avec les plaisanciers Marseillais, a jeté un gros caillou à la sortie du port.

Et depuis, des milliers de couillons tournent autour le dimanche, organisent des régates; jettent leurs palangres, font un nœud de bouteille sur le carafon de rosé: des centaines de nana se mettent à la broche dés le premier soleil de Pâques en baissant les bretelles pour éviter les marques; les minots s'esplachent dans l'eau en se jetant du fly-bridge.

Dans les années 70, quand l'île n'était plus "zone militaire, défense d'entrer sous peine de poursuites" on ramenait, honte à moi, des lessiveuses d'oursins, des pots à fraises laissés par les quarantaines et certains pêchaient l'amphore interdite.

Le Frioul, c'est un morceau de truc génial en calcaire Urgonien, chargé en silicate de calcium bien blanc, datant du Crétacé inférieur. Enfin, c'est comme cela que je le définis, car cela fait météorite et pour faire encore plus vrai dans la ressemblance hollywoodienne carton pâte, les américains l'ont transformé pendant la dernière guerre en morceau de Lune.

Ah oui j'oubliais, il y a un Port et des restaurants autours. Pour le Port, sans grand intérêt, car il y a de beaux mouillages, mais refuge pratique en cas de mauvais temps. Les restaurants sont à éviter car il n'y a pas de pharmacie sur l'île.

A ne pas manquer:

des mouillages exceptionnels avec vue sur Marseille; la nuit c'est fabuleux et probablement l'un des plus beaux sites de Méditerranée.

un paysage que l'on ne retrouve qu'en Grèce où la pierre et le soleil se mélangent dans une aveuglante intensité

un Marseille chaleureux, populaire, dont la mer est nourricière de ses rêves, de ses aventures, de sa joie de vivre. Marseille ne sait même pas qu'elle est un peuple lacustre; la mer y est d'une telle banalité quotidienne que, comme l'air respiré, l'on ne se rend même plus compte qu'elle est l'énergie vitale de son peuple.

son histoire: le Château d'If, le Comte de Monte Cristo, l'Hôpital Caroline, les ricains et leurs bombes pour éclater les cailloux, la Comex qui y entraîne les cosmonautes ..........  

et nous, tous les couillons qui tournons dans un sens et le weekend d'après dans un autre, sans jamais se lasser de cette étrange beauté d'un caillou jeté sur l'eau.

Très bons mouillages pris d'assaut en Week End mais relativement calmes en période estivale:

Côte Nord: très exposé par vent d'ouest, partiellement à l'abri de l'Est

Baie du Grand Soufre: large baie avec des recoins pour s'abriter; les fonds tombent vite; éviter les herbiers; certaines conques très étroites et à ne pratiquer qu'au sondeur ou en connaissant les lieux sont bien abritées; on s'amarre souvent à terre pour ester dans le bon axe. Beau mouillage estivale par beau temps avec une vue dégagée.

Havre de Morgiret: Très beau, très prisé, attention à la sèche qui cale à 2 mètres coté sud. Idyllique mais un peu étroite.

Port de Banc: profonde avec des fonds de plus de 12 m en moyenne; les locaux s'amarrent aux rochers.

Port de l'Eoube: un peu moins exposé aux vents d'ouest; entrée étroite puis évasement à l'intérieur; attention à la sèche de moins d'un mètre sur la pointe ouest

Côte Sud abritée du Mistral et de l'Ouest; le plus souvent exposé aux vents d'Est; vue exceptionnelle sur Marseille la nuit

Calanque de Saint Estève, sur la côte Est de Ratonneau avant le Port du Frioul; des bouées jaunes en barre l'entrée; on peut y mouiller en dehors. jolie plage et belle eau claire.

Port de pomègues: Un beau port naturel, utilisé dès l'antiquité et abrité de tous les vents .............  jusqu'à ce qu'une ferme marine ne s'y installe. On peut y mouiller à l'abri du Mistral; très fréquenté le WE

Entre Pomègues et Caveau, petits coins de mouillages si on y arrive le premier