Nice 2017-11-30T14:18:53+00:00

Nice

Nice est une escale d'hiver particulièrement agréable.

La ville, déjà très italienne, se prête à un séjour gai et paisible; c'est une ville de farniente et la promenade des Anglais en témoigne à toute heure accueillant promeneurs, cyclistes et tout ceux qui se baladent ou s'arrêtent lire quelques pages dans un fauteuil, face à la mer.

De larges avenues piétonnières, des pistes cyclables bien organisées, un aéroport dans la ville, le seul bémol est l'absence de TGV, bien utile quand on y séjourne plusieurs semaines.

Pour ceux qui aiment les terrasses de café et les restaurants où l'on peut dîner dehors, Nice est une ville construite autour de ces plaisirs.

Un pur moment de bonheur pour moi est le cours Saleya où le matin se tient un marché plein de légumes lumineux, puis un tour dans la vieille ville où il est facile de trouver un alimentaire de qualité et enfin retour sur le cours pour le déjeuner de midi à la terrasse du Safari.

Ceux qui comme moi ont passé leur vie au restaurant par obligation professionnelle, comprendront que je ne supporte plus, ni la tambouille, ni les grands airs. Rares sont les restaurants où j'aime revenir m'asseoir. Le Safari est l'un de ceux là. Rien d'extraordinaire, mais rien que du bien fait, du bien propre, du bien frais. Un rare ailloli proprement exécuté, une salade de poulpe fondante, des petits farcis presque comme à la maison, une salade d'artichaut toute simple ou une friture d'anchois et de petits rougets, je ne connais rien de mieux au nirvana des 3 étoiles.

Et oui, le plus rare, le plus difficile à trouver en restauration c'est la simplicité bien exécutée. La mode en est aujourd'hui que les laborieux, à l'image des concours télé, se veulent gastronomiques et veulent revisiter leurs plats en y mettant une pointe de l'absence de leur génie. Croyez moi, je compte sur les doigts d'une main ceux qui savent me servir un ailloli qui ne soit pas de tristes légumes vapeurs bouillis pour régime de grand malade. A tous ces couillons du croquant, craquant, onctueux avec une pointe d'acidité, je leur demanderais simplement de faire la cuisine comme leur grand mère, bréviaire de la Cuisine provençale (édition Tacussel à Marseille) sous la toque et ce ne serait déjà pas si mal.

Bon, comme toujours le sucré n'est pas à la hauteur dans ce genre d'établissement et pourtant si le chef me demandait mon avis je lui suggèrerais des recettes qui iraient bien avec la simplicité de la maison comme la salade d'oranges à l'huile d'olive ou la tarte aux pommes du paresseux.

Le dessert est l'enfant mal aimé des petits restaurants car ils raisonnent pâtisserie, qu'ils ne savent pas faire, alors qu'il faut raisonner dessert familial où ils excelleraient. Le pain perdu vous aimez ? et les clafoutis ? 

Vous me trouvez bien prolixe pour un simple restaurant, mais qu'est ce qu'une bonne escale où l'on aime prolonger son séjour sinon  la recherche d'un bonheur simple avec une bonne terrasse pour l'apéritif, un bon repas au soleil, un beau marché et le sourire de tous ces gens heureux de la vie et du bonheur qu'ils vous communiquent à travers les fruits de leur travail.

La Capitainerie est très agréable et disponible et propose volontiers son aide.

Attention le port sera fermé à l'accueil pour de longs mois en raison des travaux du tramway.

Si vous avez de la difficulté à amarrer vos bateaux, prenez une leçon gratuite en allant regarder par vent fort le pilote amarrer les ferries dans un mouchoir de poche.

 

 

 

Pour nous aider à mieux faire, Participez en donnant votre avis sur cette page !
Total 0 Votes
0

Faites nous part de votre opinion sur ce sujet

+ = Verify Human or Spambot ?

Translate »