Paradoxe de l’économie Fuel qui rit Boîtes qui pleurent

Les armateurs singapouriens continuent à déveloper leur flotte de tankers : transporteurs de brut , transporteurs de produits raffinés et chimiquiers. Ils ont actuellement en commande 113 navires, soit 10,2 % du total mondial de tankers ayant été commandés, révèlent les données de BRL Shipping Consultants. (source Le marin)

Malheureusement ces bateaux seront construits en Asie où se concentre la production d’acier à bas coût et la pollution qui va avec.

Suspension ou suppression de lignes, désarmement de navires, transfert sur le transpacifique : les armateurs essayent de s’adapter à la très mauvaise santé des échanges de conteneurs entre l’Asie et l’Europe. En février, la chute est de 11,9 %  (source Le Marin)

Dans ce contexte où la surcapacité est forte avec l’arrivée de très grands navires, les taux de fret sont au plus bas. En conséquence, les armateurs ont décidé soit de supprimer des escales, soit de transférer des grands navires sur le transpacifique CMA CGM), soit de supprimer ou suspendre des lignes, soit de mettre de grands navires à l’arrêt comme le MSC Maya qui reste à l’ancre en Asie en attendant des jours meilleurs.

Donc les pétroliers parient sur la reprise de la consomation et les transporteurs attendent à l’ancre de la voir venir.

 

[wysija_form id=”1″]

2016-09-02T21:17:34+00:00
Translate »